Petite histoire du Ragondin, ou Lièvre des Marais

Ragondin : qu’est-ce que c’est ?

Le ragondin (myocastor coypus) est un rongeur originaire d’Amérique du Sud. Cet étrange animal ressemble à un castor avec une queue similaire à celle du rat, ses dents sont tout à fait surprenantes avec des nuances jaunes à orange vif. Le myocastor est un rongeur de grande taille ; il peut parfois atteindre une dizaine de kilos, avec une moyenne généreuse de 7 kilogrammes une fois adulte, pour une longueur de corps de 40 à 60 cm et une queue pouvant mesurer 25 à 40 cm.

Le ragondin est un animal herbivore se nourrissant de graminées et plantes. En France, nous le retrouvons essentiellement dans des zones marécageuses comme le marais Poitevin et le parc national de Brière. En effet, cet animal apprécie énormément les points d’eau où il va consommer des plantes aquatiques et creuser son terrier sur les berges.

Mais pourquoi retrouve-t-on le ragondin en France s’il est originaire d’Amérique du Sud ?

Le lièvre des marais a été introduit en France par l’être humain au 19e siècle dans un but purement lucratif : la commercialisation de sa fourrure. L’animal a un pelage brun à roux qui a connu son succès dans les garde-robes de l’époque.

 La commercialisation de la fourrure du ragondin était un marché juteux lorsqu’on connaît la cadence de reproduction de ce rongeur : les femelles ont en moyenne trois portées par an, avec 5 à 8 petits à chaque portée. La gestation est de 130 jours et les petits sont capables de se reproduire dès qu’ils ont atteint l’âge de 6 mois. La durée de vie de ces animaux est d’une dizaine d’années environs.

Cependant,  le marché de la fourrure de ragondin a connu une perte de vitesse avec les changements de goûts dans le monde de la mode, mais aussi avec les difficultés économiques. En France, de très nombreux éleveurs de ragondin ont mis la clé sous la porte dans les années 1930, lors de la Grande Dépression. La population n’avait plus les moyens de s’offrir cette précieuse fourrure durant cette crise économique ; les deux Guerres Mondiales qui suivirent ne permirent pas de relancer ce marché. Une grande partie des éleveurs de ragondins a pris la décision de relâcher ces bêtes en pleine nature, sans compter ceux qui se sont échappés des élevages ; mais le ragondin s’est parfaitement adapté à ce nouvel environnement et prolifère aujourd’hui dans zones marécageuses européennes.

Le ragondin est une espèce invasive en Europe

En effet, le ragondin envahit les zones comprenant des points d’eau stagnante, comme en Brière. Cet animal connaît une cadence de reproduction impressionnante, cela le rendant invasif. Le second problème est le manque de prédateur dans son nouvel habitat européen. Le renard roux est l’un de ses prédateurs et le second est l’être humain, par le biais de la chasse et de battues. Entre les années 2001 et 2014, près de 500 000 ragondins ont été abattus dans les marais français.

Pourquoi tuer ces adorables petites bêtes ?

Les défenseurs de la faune et la flore se sont probablement révoltés en lisant les lignes précédentes, mais malheureusement, cette méthode est la plus viable pour réduire la population de ragondins qui envahit certains milieux naturels au détriment des autres espèces végétales et animales. Le ragondin demeure très destructeur dans les zones aquatiques en y consommant et détruisant les plantes, dont certains végétaux où nichent diverses espèces d’oiseaux. Le lièvre des marais détruit également les berges en y creusant d’imposantes galeries qui finissent par détruire les rives et modifier considérablement les paysages et équilibres écologiques. Les zones maraîchères souffrent également de la présence des ragondins par leur consommation conséquente sur les parcelles exploitées.

Un autre point négatif de ce rongeur est le risque de prolifération de la leptospirose, une maladie infectieuse grave, due aux bactéries, pouvant affecter l’homme, mais aussi les animaux domestiques. La bactérie est présente dans les urines des ragondins infectés. Cette maladie peut entraîner des insuffisances rénales chez l’homme jusqu’à des cas plus graves. La propagation de cette maladie est principalement due à la présence d’urines de ragondins dans les points d’eau, le contact de celles-ci avec une plaie peut conduire à la transmission de la leptospirose.

Le ragondin, se consomme-t-il ?

Après ce paragraphe sur les maladies, vous pouvez être rebuté sur l’idée de consommer du ragondin, mais pas de panique ! Le ragondin : ça se mange et c’est bon et ce n’est pas dangereux pour votre santé ! Les produits à base de ragondin que vous trouverez dans les épiceries fines sont des produits contrôlés par des normes sanitaires strictes. Les éleveurs certifiés de ragondins peuvent également accueillir des ragondins pour les préparer en produits de consommation après les contrôles sanitaires nécessaires.

Les produits à base de ragondin que vous pouvez rencontrer sont des produits cosmétiques, mais aussi des produits alimentaires, tels que des pâtés de ragondin (vous pouvez retrouver dans notre boutique le pâté nature, le pâté au poivre vert, le pâté au cognac et les rillettes de ragondin).

La chair de cet animal est très raffinée rappelant celle du lièvre.

Pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus, sachez que cet animal est consommé en France depuis son arrivée et que nous avons de véritables amateurs de ragondin que vous pourrez retrouver parmi nos chasseurs et ceux qui ont découvert ce produit lors de ballade dans les marais.

Bonne dégustation aux aventuriers du goût !

Vous devez être connecté dans pour poster un commentaire.